Formateurs collectant des données à l’aide d’applications de réseaux sociaux telles que Facebook Messenger, WhatsApp et Upinion Web App à Bankass. © Voice4Thought Académie

Auteur: Patrick Kimararungu et Mamadou Togola

Nous avons capturé la voix de la jeunesse sur la gouvernance locale au Mali, dans les cercles de Bankass, Bougouni, Douentza et Macina à travers des conversations en ligne. Les analyses basées sur les enquêtes sont d’une importance capitale, surtout dans la situation actuelle où le Mali se trouve après le coup d’Etat et la refondation de l’Etat qui doit suivre. L’analyse a permis de dégager les tendances de perception des jeunes sur la gouvernance locale. D’une part elle a cerné les perceptions sur l’appréciation bonne ou mauvaise des jeunes sur la gouvernance locale. D’autre part, les causes et les conséquences de la mauvaise gouvernance. Ce rapport constitue un véritable outil de décision quand il y a lieu d’action dans la mesure où il priorise es urgences suivant les graphiques. 

Cette étude menée par la fondation Voice4thought à travers son projet Voice4thought Académie Mali en partenariat avec le Groupe Observation des Dynamiques Sociales, Spatiale et Expertises Endogènes (Groupe ODYSSÉE) et Upinion, est partie d’un ensemble de questions portant sur les perceptions des jeunes sur la gouvernance et les causes de la mauvaise gouvernance dans leur localité et ses conséquences. 

Qu’est-ce que la gouvernance ?

La gouvernance concerne les processus par lesquels les décisions de la politique publique sont prises et mises en œuvre. Elle est le résultat d’interactions, de relations et de réseaux entre les différents secteurs (gouvernement, secteur public, secteur privé et société civile) et implique des décisions, des négociations et des relations de pouvoir différentes entre les parties prenantes pour déterminer qui obtient quoi, quand et comment. Les relations entre le gouvernement et les différents secteurs de la société déterminent comment les choses sont faites et comment les services sont fournis. La gouvernance est donc bien plus qu’un simple gouvernement ou un ‘bon gouvernement’ et façonne la manière dont un service ou un ensemble de services est planifié, géré et réglementé au sein d’un ensemble de systèmes politiques, sociaux et économiques. Par conséquent, lorsque les institutions sapent la fourniture de services publics tels que les soins de santé, l’éducation et l’application de la loi et autres mentionnés ci-dessus, cela devient une ‘mauvaise gouvernance’. Parmi les jeunes qui ont répondu à notre enquête, il y en a quelques-uns qui ont exprimé leur ignorance par rapport à ce concept ce que nous essayons de l’expliquer. 

Formateurs collectant des données à l’aide d’applications de réseaux sociaux telles que Facebook Messenger, WhatsApp et Upinion Web App. © Voice4Thought Académie

La pratique de l’enquête

Au Mali et partout dans les pays du Sahel, le débat sur la gouvernance devient accru quand on s’intéresse au niveau local surtout dans les zones  à des conflits récurrents et fragiles. Cette recherche est menée au cours du mois de septembre 2020 dans quatre cercles du Mali à savoir le cercle de Bankass, région de Bougouni, cercle de Douentza et cercle de Macina par le canal des réseaux sociaux (Facebook Messenger et WhatsApp). Sur une prévision d’échantillon de 500 jeunes à enquêter, il y a eu 982 jeunes qui se sont intéressés à l’étude : dont 291 dans le cercle de Bankass, 214 à Bougouni, 206 à Douentza et 249 à Macina. Les formateurs et leurs assistants sont descendus dans les rues de leurs localités respectives non seulement pour partager le lien, mais aussi pour expliquer aux jeunes pourquoi il est important de mener cette enquête. Ils ont utilisé un dépliant (cliquez ici pour le dépliant) créé par eux-mêmes qui donne à la fois une très courte introduction des objectifs de la recherche, un lien vers l’enquête ainsi que son code QR. Les répondants sont également autorisés à partager le lien avec leurs amis pour avoir un grand groupe de jeunes (communauté de recherche en ligne). Les résultats de chaque enquête terminée sont partagés avec tous ces jeunes ainsi que les nouveaux membres recrutés. Jusqu’à présent, pour chaque conversation, nous atteignons plus de 1000 jeunes dans les quatres sites d’interventions.

Les formateurs collectent des données à Macina. © Voice4Thought Académie

Que pensez-vous de la gouvernance locale dans votre localité?

Environ la moitié des jeunes estime la gouvernance locale passable, et environ un tiers pensent que c’est mauvais, et les autres trouvent que la gouvernance est bonne. 

Les jeunes se basent sur des aspects des attentes des populations vis-à-vis du pouvoir central (état) et des pouvoirs locaux (collectivités). Ces attentes sont énormes: d’une part elles sont similaires partout et d’autre part elles sont variables d’une localité à une autre. Des exemple des attentes sont par exemple le degré d’accès aux services sociaux de base comme la situation des écoles qui depuis 2018 à nos jours marche sur un pied, la situation sécuritaire, la dégradation des états des routes (principalement la route de Douentza) la corruption et bien d’autres fléaux de mauvaise gouvernance dont les conséquences deviennent de plus en plus lourdes à supporter par les populations composées majoritairement des jeunes : 

Données collectées par les formateurs de (Bankass, Bougouni, Douentza et Macina) en septembre 2020 via les plateformes d’Upinion, la tranche d’âge est comprise entre 18 et 40 ans (n=982).

Quelles sont les causes de la mauvaise gouvernance dans votre localité ?

A cette question ci-dessus de savoir les causes, un tiers de réponses des jeunes indiquent la mauvaise et manque d’éducation comme l’un des principales causes de la mauvaise gouvernance, ils lient les causes de la mauvaises gouvernance à l’injustice, à la mauvaise gestion des affaires publiques locale et la corruption occupent une place centrale dans les causes de la mauvaise gouvernance. Certains répondants indexent l’incivisme et d’autres causes diverses. 

Données collectées par les formateurs de (Bankass, Bougouni, Douentza et Macina) en septembre 2020 via les plateformes d’Upinion, la tranche d’âge est comprise entre 18 et 40 ans (n=982). Remarque: sur cette question, les répondants ont pu choisir plus d’une réponse (question à réponses multiples).

L’orientation du secteur public joue un rôle important dans la performance du secteur public. Si la fonction publique est orientée vers le service à ses citoyens, l’efficacité bureaucratique, et la corruption seraient minimes et le pouvoir judiciaire renforcerait la responsabilité grâce à des décisions opportunes et équitables dans l’administration de la justice. Basé sur les résultats de la perception des jeunes maliens sur la gouvernance locale. Ils trouvent qu’une telle orientation fait généralement défaut au Mali. 

Quelles sont les conséquences de la mauvaise gouvernance dans votre localité ?

Nous n’avons pas pu terminer notre enquête sans nous poser quelques questions sur ce que les jeunes pensent être les conséquences d’une mauvaise gouvernance dans leurs sites respectifs :

Données collectées par les formateurs de (Bankass, Bougouni, Douentza et Macina) en septembre 2020 via les plateformes d’Upinion, la tranche d’âge est comprise entre 18 et 40 ans (n=982). Remarque: sur cette question, les répondants ont pu choisir plus d’une réponse (question à réponses multiples).

Cette situation de mauvaise gouvernance engendre des conséquences : plus de la moitié des répondants pointent du doigt l’insécurité comme la première conséquence de la mauvaise gouvernance. Le chômage est préoccupant, les jeunes n’ont pas de travail à faire après avoir terminé les études. Certains mettent l’accent sur l’absence ou insuffisance de centres de formation et d’apprentissage pour les jeunes. En conclusion, on peut dire que ces perceptions des jeunes sur la question de la gouvernance locale dans les quatre localités prouve à suffisance beaucoup de problèmes. L’insécurité et le chômage constituent une grande partie d’une urgence qui pousse les jeunes à aller vers d’autres régions du Mali et dans d’autres pays à la quête d’avec quoi vivre.

Formateurs collectant des données à l’aide d’applications de réseaux sociaux telles que Facebook Messenger, WhatsApp et Upinion Web App à Douentza. © Voice4Thought Académie